Éducation
Vie de famille

Au secours : Mon moutard grandit trop vite ! Comment gérer la prépuberté ?

préado

Le temps des layettes et des biberons est déjà loin ? Votre moutard grandit et atteint cet âge délicat mais plein de découvertes de la prépuberté. On vous donne quelques conseils pour passer ce cap en douceur et sans prise de tête (ou pas trop, en tout cas !).

Les prémices de la prépuberté

Il est déjà notoire que la puberté - et par conséquent la prépuberté – n’arrive pas en même temps chez les filles et chez les garçons. Mais ne perdez pas non plus de vue qu’il n’existe pas de règle absolue concernant ses prémices ! En effet, votre fille ou votre fils ne montrera peut-être pas les mêmes signes de prépuberté que celui ou celle de votre voisine qui a pourtant le même âge !

En somme : chacun son rythme. Vous vous rendrez compte bien assez tôt que votre enfant est entré dans cette phase délicate de son évolution.

Les premiers signes peuvent être physiques : seins qui poussent, poils qui deviennent plus nombreux et plus foncés, mâchoires qui deviennent un peu plus carrées, hanches qui se marquent, etc. Mais ils peuvent aussi être sociaux : repli sur soi, rébellion, mutisme, contradictions… Un vrai mini ado, quoi !

Quelques clés pour rester zen

Une fois les premiers signes de prépuberté pointant le bout de leur nez, vous verrez votre moutard grandir très vite, trop vite. Si pour vous tous ces changements sont rapides, imaginez pour lui ! Son corps et son esprit se remplissent de chamboulements, de questions et parfois de craintes… Alors soyez à l’écoute. Votre enfant aura peut-être besoin de vous, peut-être pas. Il sera peut-être un jour adorable, le lendemain le diable incarné.

Ne lui en tenez pas rigueur, il ne sait lui-même pas trop ce qu’il se passe avec toutes ces hormones qui le tourmentent.

L’écoute est donc primordiale, mais aussi le dialogue. Votre enfant pourrait vous poser énormément de questions et il vaut mieux que vous y soyez préparés. Basez-vous tout d’abord sur vos propres souvenirs de cette période et votre expérience, mais n’hésitez pas non plus à consulter les nombreux ouvrages et outils divers qui existent sur le sujet ; ils peuvent se révéler être d’une aide précieuse.

Si malgré votre écoute et vos tentatives de dialogue votre moutard reste fermé comme la plus belle des huitres, un maître-mot : patience ! Vous n’avez pas besoin de tout savoir en direct, laissez à votre enfant le temps de venir vers vous quand il en aura besoin. Faites-lui simplement savoir en douceur (par un petit mot, une petite attention ou un petit cadeau par exemple) que vous serez toujours là quand il en aura besoin, peu importe le sujet ou la situation.

L’apprivoiser sans en avoir l’air

Et oui, un enfant qui se dirige vers l’adolescence est en quelque sorte à apprivoiser. Il faudra encore une fois faire preuve de beaucoup de patience et de calme.

Privilégiez dès lors la simplicité : prévoyez des sorties en famille, des sessions de jeux de société, de jeux vidéo ou même une activité que votre moutard adore. Cela vous permettra d’entamer le dialogue (et même de laisser votre enfant l’entamer) en douceur et sans cadre strict comme vous pourriez le faire à la sortie de l’école ou à l’heure du repas, par exemple.

Cette ambiance détendue contribuera également à détendre votre enfant et à lui changer les idées ; ce dont il pourrait avoir besoin sans oser le réclamer.

Pensez également à laisser à votre moutard un peu d’air : laissez-le tranquillement dans sa chambre s’il le demande, laissez-le pratiquer ses activités de son côté, etc. Il pourra alors se rendre compte de la confiance que vous lui donnez, mais aussi que vous n’êtes pas le gendarme qu’il pourrait imaginer ou percevoir par moment.

Faites donc preuve de patience, d’écoute mais aussi, quand c’est nécessaire, de retrait. Votre bébé n’en est plus vraiment un et il a aussi besoin de voler de ses propres ailes.

Faites-vous confiance, faites-lui confiance et cette phase de sa vie sera remplie de bons souvenirs !